Academia Occitana

«…sus lis alo / de nosto lenga provençalo, / fai que posque avera la branco dis aucèu! » (F. Mistral)

Academia Occitana

Jorn per jorn

«…sus lis alo / de nosto lenga provençalo, / fai que posque avera la branco dis aucèu! » (F. Mistral)

Legissi lo « Dictionnaire fondamental français-provençal » del professor Philippe Blanchet e me demandi se l’autor, de son biais, o los « provençalistas » que representa, defendeires acarnassits de la subrebèla « lengo prouvençalo », non an trobat una mena de còde lingüistic inspirat del lengatge schtroumpf. Aital, se prenètz l’intrada « Âne », trobatz « … un couioun », mas se prenètz « autant », avètz « es tant couioun que brave », e se prenètz « baiser », avètz « fa couiouna », se prenètz « bête », tot naturalament trobaretz « couioun », emai « que couioun ! » e « pas tant couioun », e « es couioun », e « couioun coumo la luno », e « es lou rèi dei couioun » e encara « es un couioun abiha en ome ». Per « bêtise », auretz « couiounige », sa varianta « couiounùgi » e encara cinc exemples de son emplec. A « casser », non podètz mancar « roumpre lei couioun ». A « complet » serà « un couioun en plen », e tornar mai a « complètement ». A « comporter » serà « faire lou couioun ». E de segur un « con » serà « un couioun », amb « paure couioun » e « es un couioun ». E lo « couillon » francés sera traduit en dos diminutius, un eufemisme e quatre expressions. Aital solament fins a la letra « C ». Mas ne volètz benlèu un darrièr per la rota : « dernier » e auretz lo redondant « es lou rèi dei couioun ».

J.P.