Academia Occitana

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622- id. 1673)

Academia Occitana

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622- id. 1673)

Monsieur de Pourceaugnac.

Occitan lengadocian (composit : Tolosa X Pesenàs). Original.

 

Scène VII.

Lucette, Oronte, Monsieur de Pourceaugnac.

Lucette.

A ! tu ès aicí, e a la fin ieu te tròbi après aver fait tant de passes. Pòdes tu, scelerat, pòdes-tu sostenir ma vista ?

M. de Pourceaugnac.

Qu’est-ce que veut cette femme-là ?

Lucette.

Qué te vòli, infame ! Tu fas semblant de non me pas conóisser, e non rogisses pas, impudent que tu siás, tu non rogisses pas de me veire ? Non sabi pas, Mossur, s’aquò’s vos dont m’an dit que voliá esposar la filha ; mai ieu vos declari que ieu som sa femna, e que i a sèt ans, mossur, qu’en passant a Pesenàs el aguèt l’adreça dambe sas minhardisas, coma sap tan plan faire, de me ganhar lo còr, e m’obligèt per aquel moièn a li donar la man per l’esposar.

Oronte.

Oh, Oh.

M. de Pourceaugnac.

Que diable est-ce ci ?

Lucette.

Lo traite me quitèt tres ans après, sul pretèxte [de] qualques afaires que l’apelavan dins son país, e despuèi non [n’ai] reçauput [cap] de novèla ; mai dins lo temps qu’i sonjavi lo mens, m’an donat avist, que veniá dins aquesta vila, per se remaridar dambe una autra joena filha, que sos parents li an procurada, sense saupre res de son prumièr mariatge. Ieu ai tot quitat en diligença, e me soi renduda dins aqueste lòc lo pus lèu qu’ai poscut, per m’oposar en aquel criminèl, e confondre als uèlhs de tot le monde lo plus meshant dals òmes.

M. de Pourceaugnac.

Voilà une étrange effrontée !

Lucette.

Impudent, n’as pas onta de m’injuriar, al lòc d’èstre confús dals repròpches secrets que ta consciença te deu faire ?

M. de Pourceaugnac.

Moi, je suis votre mari ?

Lucette.

Infame, gausas-tu dire lo contrari ? E tu sabes ben, per ma pena, que n’es que tròp vertat ; e plaguèssa al Cèl qu’aquò non foguèssa pas, e que m’auguèssa laissada dins l’estat d’innocença e dins la tranquillitat ont mon ama viviá davant que tos sharmes e tas trompariás on me’n venguèsson malurosament faire sortir ; ieu non seriá pas reduita a faire lo triste personatge qu’ieu fau presentament ; a veire un marit cruèl mespresar tota l’ardor que ieu ai per el, e me laissar sense cap de pietat abandonada a las mortèlas dolors que ieu ressenti de sas perfidas accions.

Oronte.

Je ne saurais m’empêcher de pleurer. Allez, vous êtes un méchant homme.

M. de Pourceaugnac.

Je ne connais rien à tout ceci.

Scène VIII.

Nérine en picarde, Lucette, Oronte, M. de Pourceaugnac.

Nérine.

Ah je n’en pis plus, je sis toute essoflée. Ah finfaron, tu m’as bien fait courir, tu ne m’écaperas mie. Justiche, justiche ; je boute empeschement au mariage. Chés mon mery, Monsieur, et je veux faire pindre che bon pindar-là.

M. de Pourceaugnac.

Encore !

Oronte.

Quel diable d’homme est-ce ci ?

Lucette.

E que volètz-vos dire, ambe vòstre empapchament, e vòstra pendariá ? Qu’aquel òme es vòstre marit ?

Nérine.

Oui, medeme, et je sis sa femme.

Lucette.

Aquò es faus, aquò’s ieu que som sa femna ; e se deu èstre pendut, aquò serà ieu que lo farai penjar.

Nérine.

Je n’entains mie che baragoin-là.

Lucette.

Ieu vos disi que ieu som sa femna.

Nérine.

Sa femme ?

Lucette.

Òi.

Nérine.

Je vous dis que chest my, encore in coup, qui le sis.

Lucette.

E ieu vos sosteni ieu, qu’aquò’s ieu.

Nérine.

Il y a quetre ans qu’il m’a éposée.

Lucette.

E ieu sèt ans i a que m’a presa per femna.

Nérine.

J’ay des gairants de tout cho que je dy.

Lucette.

Tot mon país lo sap.

Nérine.

No ville en est témoin.

Lucette.

Tot Pesenàs a vist nòstre mariatge.

Nérine.

Tout Chin-Quentin a assisté à no noche.

Lucette.

Non i a res de tan veritable.

Nérine.

Il gn’y a rien de plus chertain.

Lucette.

Gausas-tu dire lo contrari, avalisca ?

Nérine.

Est-che que tu me démaintiras, méchaint homme ?

M. de Pourceaugnac.

Il est aussi vrai l’un que l’autre.

Lucette.

Quanha impudença ! E cossí, miserable, non te sovenes plus de la paura Françon, e del paure Janet, que son los fruits de nòstre mariatge ?

Nérine.

Bayez un peu l’insolence. Quoy ? tu ne te souviens mie de chette pauvre ainfain, no petite Madelaine, que tu m’as laichée pour gaige de ta foy ?

M. de Pourceaugnac.

Voilà deux impudentes carognes !

Lucette.

Veni Françon, veni Janet, veni, toston, veni tostona, veni faire veire a un paire desnaturat la duretat qu’el a per nautres.

Nérine.

Venez, Madelaine, me n’ainfain, venez-ves-en ichy faire honte à vo père de l’inpudainche qu’il a.

Janet, Françon, Madelaine.

Ah mon papa, mon papa, mon papa.                                                                                                                       

M. de Pourceaugnac.

Diantre soit des petits fils de putains.

Lucette.

Cossí, traite, tu non siás pas dins la darnièra confusion, de reçaupre atal tos enfants, e de fermar l’aurelha a la tendressa paternèla ? Tu non m’escaparàs pas, infame, ieu te vòli seguir pertot, e te repropchar ton crime juscas a tant que me siá venjada, e que t’aja fait penjar, coquin, te vòli faire penjar.

Nérine.

Ne rougis-tu mie de dire ches mots-là, et d’estre insainsible aux cairesses de chette pauvre ainfain ? Tu ne te sauveras mie de mes pattes ; et en dépit de tes dains, je feray bien voir que je sis ta femme, et je te feray pindre.

Les enfants, tous ensemble.

Mon papa, mon papa, mon papa.

M. de Pourceaugnac.

Au secours, au secours, où fuirai-je ? Je n’en puis plus.

Oronte.

Allez, vous ferez bien de le faire punir, et il mérite d’être pendu.

____________________

 

Jean Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622- id. 1673).

Monsieur de Pourceaugnac.

Occitan lengadocian. Normat.

 

Scène VII.

Lucette, Oronte, Monsieur de Pourceaugnac.

Lucette.

A ! ès aicí, e a la fin ieu te tròbi après aver fait tant de passes. Pòdes, scelerat, pòdes sostenir ma vista ?

M. de Pourceaugnac.

Qu’est-ce que veut cette femme-là ?

Lucette.

Qué te vòli, infame ! Fas en semblant de non me pas conóisser, e non rogisses pas, impudent que siás, non rogisses pas de me veire ? Non sabi pas, mossur, s’aquò’s vos dont m’an dit que voliá esposar la filha ; mai ieu vos declari que ieu som sa femna, e que i a sèt ans, mossur, qu’en passant a Pesenàs el aguèt l’adreça dambe sas minhardiás, coma sap tan plan faire, de me ganhar lo còr, e m’obliguèt per aquel mejan a li donar la man per l’esposar.

Oronte.

Oh, Oh.

M. de Pourceaugnac.

Que diable est-ce ci ?

Lucette.

Lo traite me quitèt tres ans après, sul pretèxte de qualques afaires que l’apelavan dins son país, e despuèi non [n’ai] reçauput [cap] de novèla ; mai dins lo temps qu’i pensavi lo mens, m’an donat avís, que veniá dins aquesta vila, per se remaridar dambe una autra joena filha, que sos parents li an procurada, sense saupre res de son prumièr maridatge. ieu ai tot quitat en diligéncia, e me soi renduda dins aqueste lòc lo pus lèu qu’ai poscut, per m’opausar en aquel criminal, e confondre als uèlhs de tot lo mond lo plus maissant dals òmes.

M. de Pourceaugnac.

Voilà une étrange effrontée !

Lucette.

Impudent, n’as pas onta de m’injuriar, al lòc d’èstre confús dals repròches secrets que ta consciéncia te deu faire ?

M. de Pourceaugnac.

Moi, je suis votre mari ?

Lucette.

Infame, gausas-tu dire lo contrari ? E tu sabes ben, per ma pena, que n’es que tròp vertat ; e plaguèssa al Cèl qu’aquò non foguèssa pas, e que m’auguèssa laissada dins l’estat d’innocéncia e dins la tranquillitat ont mon anma viviá davant que tas agradanças e tas enganas non me’n venguèsson malaürosament faire sortir ; non seriá pas redusida a faire lo trist personatge que fau presentament ; a veire un marit crudèl mespresar tota l’ardor qu’ai per el, e me laissar sense cap de pietat abandonada a las mortalas dolors que ressenti de sas perfidas accions.

Oronte.

Je ne saurais m’empêcher de pleurer. Allez, vous êtes un méchant homme.

M. de Pourceaugnac.

Je ne connais rien à tout ceci.

Scène VIII.

Nérine en picarde, Lucette, Oronte, M. de Pourceaugnac.

Nérine.

Ah je n’en pis plus, je sis toute essoflée. Ah finfaron, tu m’as bien fait courir, tu ne m’écaperas mie. Justiche, justiche ; je boute empeschement au mariage. Chés mon mery, Monsieur, et je veux faire pindre che bon pindar-là.

M. de Pourceaugnac.

Encore !

Oronte.

Quel diable d’homme est-ce ci ?

Lucette.

E que volètz dire, ambe vòstre empachament, e vòstra pendariá ? Qu’aquel òme es vòstre marit ?

Nérine.

Oui, medeme, et je sis sa femme.

Lucette.

Aquò es faus, aquò’s ieu que som sa femna ; e se deu èstre penjat, aquò serà ieu que lo farai penjar.

Nérine.

Je n’entains mie che baragoin-là.

Lucette.

Ieu vos disi que ieu som sa femna.

Nérine.

Sa femme ?

Lucette.

Òi.

Nérine.

Je vous dis que chest my, encore in coup, qui le sis.

Lucette.

E ieu vos sosteni ieu, qu’aquò’s ieu.

Nérine.

Il y a quetre ans qu’il m’a éposée.

Lucette.

E ieu sèt ans i a que m’a presa per femna.

Nérine.

J’ay des gairants de tout cho que je dy.

Lucette.

Tot mon país lo sap.

Nérine.

No ville en est témoin.

Lucette.

Tot Pesenàs a vist nòstre maridatge.

Nérine.

Tout Chin-Quentin a assisté à no noche.

Lucette.

Non i a res de tan vertadièr.

Nérine.

Il gn’y a rien de plus chertain.

Lucette.

Gausas-tu dire lo contrari, avalisca ?

Nérine.

Est-che que tu me démaintiras, méchaint homme ?

M. de Pourceaugnac.

Il est aussi vrai l’un que l’autre.

Lucette.

Quanha impudéncia ! E cossí, miserable, non te sovenes plus de la paura Françon, e del paure Janet, que son los fruits de nòstre maridatge ?

Nérine.

Bayez un peu l’insolence. Quoy ? tu ne te souviens mie de chette pauvre ainfain, no petite Madelaine, que tu m’as laichée pour gaige de ta foy ?

M. de Pourceaugnac.

Voilà deux impudentes carognes !

Lucette.

Veni Françon, veni Janet, veni, toston, veni tostona, veni faire veire a un paire desnaturat la duretat qu’el a per nautres.

Nérine.

Venez, Madelaine, me n’ainfain, venez-ves-en ichy faire honte à vo père de l’inpudainche qu’il a.

Janet, Françon, Madelaine.

Ah mon papa, mon papa, mon papa.                                                                                                                             

M. de Pourceaugnac

Diantre soit des petits fils de putains.

Lucette.

Cossí, traite, tu non siás pas dins la darnièra confusion, de reçaupre atal tos enfants, e de barrar l’aurelha a la tendresa paternala ? Non m’escaparàs pas, infame, ieu te vòli seguir pertot, e te repropchar ton crime duscas a tant que me siá venjada, e que t’aja fait penjar, coquin, te vòli faire penjar.

Nérine.

Ne rougis-tu mie de dire ches mots-là, et d’estre insainsible aux cairesses de chette pauvre ainfain ? Tu ne te sauveras mie de mes pattes ; et en dépit de tes dains, je feray bien voir que je sis ta femme, et je te feray pindre.

Les enfants, tous ensemble.

Mon papa, mon papa, mon papa.

M. de Pourceaugnac.

Au secours, au secours, où fuirai-je ? Je n’en puis plus.

Oronte.

Allez, vous ferez bien de le faire punir, et il mérite d’être pendu.

____________________

 

Jean Baptiste Poquelin, dit Molière (Paris 1622- id. 1673).

Monsieur de Pourceaugnac.

Occitan estandard.

 

Scène VII.

Lucette, Oronte, Monsieur de Pourceaugnac.

Lucette.

A ! ès aicí, e a la fin ieu te tròbi après aver fait tant de passes. Pòdes, scelerat, pòdes sosténer ma vista ?

M. de Pourceaugnac.

Qu’est-ce que veut cette femme-là ?

Lucette.

Qué te vòli, infame ! Fas en semblant de non me conéisser, e non rogisses pas, impudent qu’ès, non rogisses pas de me veire ? Non sabi pas, sénher, s’aquò’s vos dont m’an dit que voliá esposar la filha,  mas ieu vos declari que soi sa femna, e que i a sèt ans, sénher, qu’en passant a Pesenàs aguèt lo biais amb sas minhardiás, coma sap tan plan far, de me ganhar lo còr, e m’obliguèt per aquel mejan a li donar la man per l’esposar.

Oronte.

Oh, Oh.

M. de Pourceaugnac.

Que diable est-ce ci ?

Lucette.

Lo traïdor me quitèt tres ans après, sul pretèxte de qualques afars que l’apelavan dins son país, e despuèi non [n’ai] recebut [cap] de novèla ; mas, dins lo temps qu’i pensavi lo mens, m’an donat avís que veniá dins aquesta vila per se remaridar amb una autra joventa que sos parents li an procurada, sense saber res de son primièr maridatge. Ai tot quitat en diligéncia, e soi venguda dins aqueste lòc lo mai lèu qu’ai pogut, per m’opausar en aquel criminal e confondre als uèlhs de tot lo mond lo mai aule dels òmes.

M. de Pourceaugnac.

Voilà une étrange effrontée !

Lucette.

Impudent, non as vergonha de m’injuriar, al lòc d’èsser confús dels repròpches secrets que ta consciéncia te deu far ?

M. de Pourceaugnac.

Moi, je suis votre mari ?

Lucette.

Infame, ausas dire lo contrari ? E sabes ben, per ma pena, que non es que tròp vertat ; e plaguèsse al Cèl qu’aquò non foguèsse pas, e que m’aguèsse daissada dins l’estat d’innocéncia e dins la tranquillitat ont mon anma viviá davant que tas agradanças e tas enganas non me’n venguèssen malaürosament far sortir. Non seriái reduita a far lo trist personatge que fau presentament ; a veire un marit crusèl mespresar tota l’ardor qu’ai per el, e me daissar sense cap de pietat abandonada a las mortalas dolors que ressentissi de sas perfidas accions.

Oronte.

Je ne saurais m’empêcher de pleurer. Allez, vous êtes un méchant homme.

M. de Pourceaugnac.

Je ne connais rien à tout ceci.

 

Scène VIII.

Nérine en picarde, Lucette, Oronte, M. de Pourceaugnac.

Nérine.

Ah je n’en pis plus, je sis toute essoflée. Ah finfaron, tu m’as bien fait courir, tu ne m’écaperas mie. Justiche, justiche ; je boute empeschement au mariage. Chés mon mery, Monsieur, et je veux faire pindre che bon pindar-là.

M. de Pourceaugnac.

Encore !

Oronte.

Quel diable d’homme est-ce ci ?

Lucette.

E que volètz dire, amb vòstre empachament, e vòstra penjariá ? Qu’aquel òme es vòstre marit ?

Nérine.

Oui, medeme, et je sis sa femme.

Lucette.

Aquò es fals, aquò’s ieu que soi sa femna ; e se deu èsser penjat, aquò serà ieu que lo farai penjar.

Nérine.

Je n’entains mie che baragoin-là.

Lucette.

Ieu vos disi que ieu soi sa femna.

Nérine.

Sa femme ?

Lucette.

Òc.

Nérine.

Je vous dis que chest my, encore in coup, qui le sis.

Lucette.

E ieu vos sosteni ieu, qu’aquò’s ieu.

Nérine.

Il y a quetre ans qu’il m’a éposée.

Lucette.

E ieu sèt ans i a que m’a presa per femna.

Nérine.

J’ay des gairants de tout cho que je dy.

Lucette.

Tot mon país lo sap.

Nérine.

No ville en est témoin.

Lucette.

Tot Pesenàs a vist nòstre maridatge.

Nérine.

Tout Chin-Quentin a assisté à no noche.

Lucette.

Non i a res de tan vertadièr.

Nérine.

Il gn’y a rien de plus chertain.

Lucette.

Ausas dire lo contrari, avalisca ?

Nérine.

Est-che que tu me démaintiras, méchaint homme ?

M. de Pourceaugnac.

Il est aussi vrai l’un que l’autre.

Lucette.

Quina impudéncia ! E cossí, miserable, non te sovenes plus de la paura Françon, e del paure Janet, que son los fruts de nòstre maridatge ?

Nérine.

Bayez un peu l’insolence. Quoy ? tu ne te souviens mie de chette pauvre ainfain, no petite Madelaine, que tu m’as laichée pour gaige de ta foy ?

M. de Pourceaugnac.

Voilà deux impudentes carognes !

Lucette.

Veni Françon, veni Janet, veni, toston, veni tostona, veni far veire a un paire desnaturat la duretat qu’a per nosautres.

Nérine.

Venez, Madelaine, me n’ainfain, venez-ves-en ichy faire honte à vo père de l’inpudainche qu’il a.

Janet, Françon, Madelaine.

Ah mon papa, mon papa, mon papa.

M. de Pourceaugnac

Diantre soit des petits fils de putains.

Lucette.

Cossí, traïdor, non ès pas dins la darrièra confusion, de recebre aital tos enfants, e de barrar l’aurelha a la tendresa paternala ? Non m’escaparàs, infame, te vòli seguir pertot, e te repropchar ton crime fins a tant que me siá venjada, e que t’aja fait penjar. Coquin, te vòli far penjar.

Nérine.

Ne rougis-tu mie de dire ches mots-là, et d’estre insainsible aux cairesses de chette pauvre ainfain ? Tu ne te sauveras mie de mes pattes ; et en dépit de tes dains, je feray bien voir que je sis ta femme, et je te feray pindre.

Les enfants, tous ensemble.

Mon papa, mon papa, mon papa.

M. de Pourceaugnac.

Au secours, au secours, où fuirai-je ? Je n’en puis plus.

Oronte.

Allez, vous ferez bien de le faire punir, et il mérite d’être pendu.